fbpx

Conduite accompagnée : quelle assurance auto pour l’accompagnateur ?

Devant les difficultés et le coût de plus en plus élevé du permis de conduire, nombreux sont les jeunes conducteurs à assurer leurs arrières en réalisant l’étape de la conduite accompagnée, voire supervisée. Si vous accompagnez un jeune conducteur qui a fait ce choix, sachez que cette décision vous engage en termes d’assurance auto.

La mise en œuvre du fichier des véhicules non assurés

Pour comprendre les répercussions de la conduite accompagnée sur l’assurance auto du conducteur, il faut connaître les différentes formules possibles : la plus connue est l’apprentissage accompagné de la conduite ; cette formule peut être mise en place dès quinze ans, et permet au conducteur de passer le permis à dix-sept ans, sans pour autant être autorisé à conduire seul avant ses dix-huit ans.

Pour passer le permis avec cette formule d’accompagnement, un certain nombre de conditions sont nécessaires. Le jeune doit se présenter avec :

  • l’autorisation de ses parents
  • l’accord de son assureur autorisant une assurance auto en bonne et due forme
  • l’Attestation scolaire de sécurité routière obtenue en classe de troisième
  • la copie d’attestation du dernier recensement ou le certificat individuel de participation à une journée défense et citoyenneté

En outre, le candidat doit être titulaire du Code de la route et justifier de vingt heures de conduite en auto-école.

L’élève doit conduire au moins un an avec son accompagnateur, et doit prouver qu’il a effectué au moins 3 000 heures de conduite.

Cette formule permet de réduire la période « probatoire » (pendant laquelle il est considéré comme jeune conducteur, et par conséquent soumis à une réglementation plus stricte) de trois ans à deux ans.

  • Moins connue, la conduite supervisée fait de plus en plus d’adeptes, surtout dans les grandes villes où il est d’usage de passer le permis beaucoup plus tard.
    Cette formule est destinée aux personnes majeures ; celles-ci ont un nombre de kilomètres obligatoires plus réduits à parcourir (1 000 au lieu de 3 000) ; elle permet au jeune conducteur de gagner en expérience et en confiance en lui. C’est à l’enseignant de valider cette formule, en fonction du degré d’autonomie du conducteur et de la fiabilité de son accompagnateur.
  • La conduite encadrée : cette formule est très spécifique, car réservée à des jeunes qui se destinent aux métiers de la route et qui font une formation en ce sens : CAP ou BEP de chauffeur routier par exemple. Composante essentielle de leur futur métier, la conduite est fondamentale dans leur apprentissage. Les élèves passent le code de la route très tôt (16 ans en général), et peuvent ensuite conduire avec la personne de leur choix jusqu’à obtention du permis.

Assurance auto de l’accompagnateur

Vous devez impérativement mentionner à votre assurance auto que vous allez accompagner un jeune conducteur.

Votre assurance auto est susceptible de refuser si vous avez été passible de certains délits (conduite en état d’ivresse, délit de fuite…).

Cette annonce ne modifiera en aucune façon le montant de votre prime d’assurance.

En revanche, vous devez être conscient que si votre « élève » est responsable d’un délit, c’est vous qui serez malussé par votre assurance auto.

Vous devez être parfaitement au courant de vos responsabilités en acceptant de tenir le rôle d’accompagnateur, et en tenir compte quand vous prenez la route avec votre élève.

Découvrez toutes nos astuces automobiles
Dans votre boite mail

Obtenez gratuitement toutes nos astuces pour bichonner votre voiture !

Bravo ! Vous recevrez désormais nos astuces et conseils automobiles !

Quelque chose s'est mal passé ..

Lire les articles précédents :
Comment vérifier ses disques de freins ?

Le disque de frein est un composant essentiel pour le fonctionnement d’une voiture. En effet, ce dispositif technique est utilisé...

Fermer